L’opposition départementale entre amnésie, mensonges et mauvaise foi

Décidément, en cette rentrée, l’opposition de droite départementale semble prête à tout pour exister, quitte à s’arranger avec la réalité.

Cela ne pose aucun problème à l’opposition de critiquer l’effort de 11 Milliards qui a été demandé aux collectivités pour participer à la réduction des déficits publics quand l’ensemble des candidats à la primaire de droite s’accordent à demander 100 Milliards de baisse de dépenses publiques.

Alors que le groupe de droite de l’ADF, par jusqu’au-boutisme et calcul politicien, a souhaité interrompre les négociations ouvertes avec le gouvernement pour la reprise par l’Etat du paiement du RSA, cela ne pose non plus aucun problème à ses soutiens locaux de déclarer que « l’important c’est la renationalisation du RSA. »

Cela ne pose toujours aucun problème à l’opposition départementale de pointer un coût soit disant trop élevé de la masse salariale du Département alors que les dépenses de personnel sont en Lot-et-Garonne inférieurs de 20% à la moyenne des Départements équivalents. C’est d’ailleurs pour cette bonne gestion que le Lot-et-Garonne, selon une étude de la fondation indépendante IFRAP, fait partie des 15 départements les mieux gérés de France.

Enfin, après avoir voté à l’unanimité pour les mesures préconisées par la commission de refondation des politiques départementales à laquelle ils ont été associés, l’opposition, dans un élan de cohérence, a voté contre le budget 2016 qui les mettait en œuvre à quelques jours d’intervalle.

Se dire prêt à travailler avec notre Majorité pour n’être au final que dans un jeu politique particulièrement médiocre illustre malheureusement l’état d’esprit de l’opposition en cette rentrée.

Jacques BILIRIT
Vice-président du Conseil départemental
Président du groupe de la Majorité

Pour continuer :

Partages